Depuis 2000, La Roza Enflorese interprète le répertoire monodique séfarade. Issues de la tradition orale, ces chansons offrent de nombreuses possibilités d’interprétation. Constitué de musiciens aux horizons musicaux variés, l’ensemble présente ces chants dans le cadre d’une rencontre entre musiques anciennes, musiques traditionnelles et musiques actuelles, faisant appel tant aux techniques instrumentales classiques et inspirées des musiques populaires, qu’à l’improvisation. 

Dans un souci de créer un univers sonore varié et contrasté, La Roza Enflorese associe des instruments d’origines et d’époques différentes (vièles, violes, luth, vihuela, flûtes à bec, cromornes, accordéon diatonique, oud, saz, kanun, percussions du Proche et du Moyen Orient). Si cette richesse instrumentale contraste avec la tradition séfarade dont les chants étaient chantés par une voix de femme accompagnée tout au plus par un tambourin, elle témoigne toutefois des influences qui enrichirent cette tradition depuis la diaspora de 1492. Cette démarche prend tout son sens à une époque où les frontières culturelles s’estompent et où culture s’avère plus que jamais synonyme de rencontres.

Dans leurs derniers programmes et particulièrement dans Exilio, le 5e album qui sortira au printemps 2016, la Roza Enflorese s’ouvre à de nouveaux répertoires :  chants monodiques médiévaux, polyphonies de la Renaissance espagnole et compositions originales.

Mise à jour: octobre 2015